dimanche 1 décembre 2013

7.Les enjeux de la muséologie au XXIe siècle



1. Muséologie
  1. Tout ce qui touche au musée (Sens commun)
  2. Science appliquée, la science du musée (Rivière)
  3. Discipline scientifique dont l’objet d’étude est une attitude spécifique de l’Homme à la réalité (Stránský)
  4. L’ensemble des tentatives de théorisation ou de réflexion critique liées au champ muséal (Concepts clés)

Muséal (Bernard Deloche)
         Un rapport spécifique à la réalité fondé sur:
        La présentation sensible
        La mise en marge de la réalité (muséalisation)
         Un champ (pluridimensionnel) théorique de référence – plusieurs plans:
        Le patrimonial (séparer, protéger, transmettre)
        La documentation visuelle (connaître, montrer)

Muséal: n.m.,
« Champ de référence dans lequel se déroulent non seulement la création, le développement et le fonctionnement de l’institution musée, mais aussi la réflexion sur ses fondements et ses enjeux. Ce champ de référence se caractérise par la spécificité de son approche et détermine un point de vue sur la réalité ». (Concepts clés de muséologie)

Un champ (par définition) ouvert

2. Bilbao et la muséographie de passage

1. Objet      è      2. Idée    è     3. Point de vue     è      4. Passage

Walter Benjamin, L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique
Robida, Le tramway du Louvre, 1883

Ecce homo touristicus… et consumeriticus!

Le rôle de Thomas Krens

Contenant vs contenu
Libeskind, Musée juif de Berlin, 1998
Maxxi, Rome, Zaha Hadid
Pompidou – Metz, Shigeru Ban


Blockbusters
            Sensation, Londres, Berlin, Brooklyn, (Australie) (1997-2000)
            The Art of the Motorcycle, Guggenheim, 1998-2002

3. Les musées à tous prix
         MoMA, 2005
         $12 è $20
         grille tarifaire Mais liberté manque
         Une stratégie de positionnement du MoMA comme produit de luxe

         Louvre, 2005
         7,5 € à 8,5 €,
         accès gratuit  : chômeurs, - 18 ans, handicapés, étudiants
         les artistes, les enseignants et les étrangers étudiant l’art : payant
         Réaction: Collectif et site Internet
         2 mois plus tard: partenariat et projets éducatif
         gratuité entreprises mécènes rénovation Galerie Apollon : 140.000 personnes pendant 10 ans

« À Paris, aujourd’hui, les lieux d’aisance eux-mêmes sont devenus payants. Maintenir la gratuité d’accès à un lieu de culture, c’est ouvertement dire que le pèlerinage muséal vaut moins que la satisfaction des besoins corporels » Clair J., Elevages de poussière. Beaubourg vingt ans après, Paris, l’échoppe, 1992, p. 48.

Des études de publics

Attirer le tourisme et aussi… rechercher, enseigner, éduquer,…
         Quels musées pour quelles fins aujourd’hui?
         La réponse dans l’attitude de chaque visiteur du musée
         Une réponse pour chaque établissement

4. Vendre les collections?

Rapport Levy Jouyet, 10ème recommandation:    « autoriser les musées à louer et à vendre certaines de leurs œuvres »
Lettre de mission de N. Sarkozy à C. Albanel: « une réflexion sur la possibilité pour les opérateurs publics d’aliéner des œuvres de leurs collections, sans compromettre naturellement le patrimoine de la Nation, mais au contraire dans le souci de le valoriser au mieux »

Jean Clair, Malaise dans les musées
La vente des joyaux de la couronne
Rapport Rigaud, 20 janvier 2008

5. Vers la dématérialisation du musée?

Google (1998)
Caractéristiques de l’objet numérique
Multiplicité
Changements
Analyse
Identité
Pérennité?

Nouvelles méthodes de communication
Web 2.0
Second Life
Dresden Art Gallery
Newseum, Washington D.C., 2008

La logique 2.0 et le musée (Nina Simon, Museum 2.0)

Quelles perspectives?
         Un nouvel illettrisme?
         Mode de référence principal
         De nouveaux points de repère
         La fragilité du numérique
         De nouveaux lieux de mémoire
         Une nouvelle relation aux publics

6. Le musée survivra-t-il à la mondialisation?

Ex. du Louvre
Superstar museums (Frey, Meiers)
(1) ce sont des musts pour les touristes;
(2) ils attirent un grand nombre de visiteurs;
(3) ils possèdent des œuvres mondialement connues ;
(4) leur architecture est exceptionnelle ;
(5) ils génèrent des revenus commerciaux importants.
            Une cinquantaine de musées dans le monde

La richesse des nations au troisième millénaire

Émergence des superpuissances

Des évolutions de musées fort différentes

Une gestion sans cesse accrue

Quelle influence de l’Asie?
« Trésor humain vivant » (UNESCO, 1993) (Corée)
         Patrimoine immatériel (UNESCO, 2003)
         Un rapport différent à l’objet

6. Les museum studies et le spectaculaire muséal



La crise et ses réactions
La réponse de l’Etat

1. Le spectaculaire muséal

         Image visuelle spectaculaire
         La primauté de la technique
         Le règne de l’événementiel
         Le ludique et le politiquement correct
         Le tournant commercial

La société du spectacle

« le règne autocratique de l’économie marchande ayant accédé à un statut de souveraineté irresponsable, et l’ensemble des nouvelles techniques de gouvernement qui accompagnent ce règne » (Guy Debord, 1967/1988

a. Une image visuelle spectaculaire
Hollein, Museum of Modern art, Mönchengladbach
Stirling, Neue Staatsgalerie, Stuttgart
Aldo Rossi, Bonnefanten Museum, Maastricht

La multiplication des musées
22.000 musées en 1975 - 49.000 en 2004 – des réalités très différentes

b. La primauté de la technique

c. Le règne de l’événementiel
Paris –, Paris, 1978-
Metropolitan Museum, New York
Thomas Hoving, 1967-1977
Harlem on my mind, Metropolitan museum, 1969.
King Tut (1977-78)

d. Le ludique et le politiquement correct

Archigram
Launchpad, Science Museum, London
Londres, Science Museum, Wellcome Wing
National Air and Space Museum, Washington, 1995

e. La marchandisation de la culture
Th. Adorno, M. Horkeimer, La production industrielle de biens culturels (les industries culturelles), 1947
 « ce que nous appelons la culture, c’est cette force mystérieuse des choses beaucoup plus anciennes et beaucoup plus profondes que nous et qui sont notre plus haut secours dans le monde moderne, contre la puissance des usines de rêve » (Malraux, 1966)
Stephen Weil ou l’art de penser la gestion des musées
Patrick Boylan, Robert Janes
Van Gogh, Amsterdam, 1990 : Un système de réservation européen

2. Le développement des Museum studies

Brno (1963),  Leicester (1966) ,  Paris (1970)
E.P. Alexander
T. Ambrose
G.E. Burcaw

Structure de Réau L., L’organisation des musées 1908

  1. Introduction (pour et contre les musées, histoire, types de musées etc.)
  1. Construction des musées
  2. Administration des musées (recrutement, école Louvre, )
  3. Formation des collections
  4. Aménagement des collections
Conclusions

Structure du cours de Rivière : La muséologie, 1989.

Musée et société
1. Musée et société, à travers le temps et l’espace
2. Musée et société aujourd’hui
Musée et patrimoine
   1. Recherche
   2. Conservation
Musée, instrument d’éducation et de culture
1. Présentation
2. Le public des musées
L’institution muséale
   1. Statuts et organisation
   2. Architecture et programmation

Structure de Museum Basics (Ambrose) 1993

-          introduction (sur les musées, types, rôle)

-          le musée et ses utilisateurs (museums are for people, comprendre le marché, marketing, visite des musées, éducation muséale, services (boutiques, food), interprétation, techniques de présentation, éclairage, recherche pour présentation, écriture de textes, design d’expo, publications, types de collections, politique d’acquisition et de disposal.

-          Development and care of museum’s collection (collecte, fieldwork, système de doc, role des collections dans recherché, monitoring environnement, storage, handling, conservation, disaster planning, sécurité

-          The museum and its building : forme,fonction, planif, sécurité, accessibilité

-          The museum and its management: statut, planification, performance indicators, fundrainsing, staff structure, volontaires, evaluation, job appraisal, staff training, etc


Pearce, Objects as meaning

         veste d’officier (Anderson) portée à Waterloo, trouée : les « faits ».
         l’histoire rend la veste plus émotionnelle, nostalgique, romantique. Sert aussi à valider le récit fait par Anderson (plus tard, dans des lettres).
         pouvoir de la vraie chose » qui attire. Comment et pourquoi ? è
         Sémiotique: la veste comme message (Saussure, Barthes)
        la langue (les structures générales),
        la parole (la situation actuelle).
        Barthes: signe = alliance du signifié (langue) et du signifiant (parole) construction sociale acceptée et comprise.
        La parole évolue, le signe évolue…
         En 1815 la veste est signe
        (1) de l’armée
        (2) de Waterloo,
        (3) des braves anglais
        (4) des braves français et de leur idéal égalitaire,
         Avec le temps,  le signifiant /la parole (veste rouge) devient lui-même signifié /entre dans la langue et partie de la langue.
         Nouveaux signes pour la représenter
         La signification de l’objet ne se trouve pas seulement dans l’objet, ni dans la lecture par le visiteur, mais entre les deux.
         Imagination – et la recréation – du visiteur.
         En fonction de l’ensemble de la communauté : l’objet existe si un consensus se forme à l’intérieur de la communauté pour le fixer.
La nature du consensus: l’expertise scientifique (histoire, science, etc), ce qui reste (paysage), la narration (écrite, filmée,…) ou la fiction

Musée de la Civilisation, 1988 – Roland Arpin

Le musée des civilisations, Gattineau

Le développement des Centres de Science

3. En France

Jean Clair, Vienne Naissance d’un siècle, 1986
Jean Clair, L’âme au corps, Paris, 1993

4. Muséologie de point de vue

Jean Davallon, Le musée est-il un média?, 1992

         Relation objet – visiteur, exposition comme espace de rencontre
         Objets et savoir utilisés comme matériaux
         Musée comme lieu d’action ritualisé
         Une matrice plus complexe
         Objet / Idée / Point de vue

Cité-Ciné, Paris, 1987-88
Jacques Hainard, Objets prétextes, objets manipulés (MEN, 1984)
La différence, Neuchâtel, Québec, Grenoble, 1995-1997
Les magiciens de la terre, Paris, 1988
Peter Greenaway, The Physical Self, Boymans van Beuningen, 1991

5. Le développement des études des publics

6. Numérisation

Chronologie
         1991: Micro Gallery Londres et Washington
         1991: Museum-L
         Circa 1993: Premiers sites Internet de musées: Musée de Paléontologie de Berkeley, Musée des beaux-arts de Dallas
         1995: ICOM-L

7. Le musée cannibale (MEN)
Le livre de recettes du Musée d’ethnographie de Neuchâtel

Juxtaposition à la Jean Clair
Ingrédients:
         Un nombre important d’objets du même type
         Un nombre identique de cartels
Préparation:
         Parer les objets pour trouver leur dénominateur commun
         Les brider méticuleusement
         Les cuire dans leur jus
         Passer le tout à l’étamine
         Décorer chaque cartel d’une information redondante et similaire
Se marie avec:
         L’absence de discours
Service:
         Idéal pour les brochettes
         Alterner méticuleusement les objets et les cartels

Esthétisation à la Barbier-Mueller

Ingrédients:
         Un objet ethnographique rare et ancien réindexable comme oeuvre d’art
         Un support discret
         Un socle chic et sobre
         Un spot halogène sophistiqué
         1m² de tissu satiné noir
Préparation:
         Ébouillanter l’objet pour en extraire les scories ethnographiques
         Tapisser le socle avec le tissu satiné
         Rissoler l’objet afin d’en faire ressortir sa patine
         Piquer l’objet sur le support
         Dresser le tout au centre du socle
Service:
         Dégager beaucoup d’espace pour la consommation contemplative
         Assombrir et napper l’objet d’un halo de lumière
         Faire circuler une rumeur concernant la valeur d’assurance de l’objet
         Saupoudrer éventuellement d’un zeste d’information
Se marie avec:
         Le marché de l’art, le champagne millésimé, le béluga d’Iran

Sacralisation à la Jacques Kerchache

Ingrédients:
         Une pièce dotée d’un pedigree hors du commun
         Cinq litres de bouillon de culture
         Une dose d’histoire écrémée
         Un peu de piment
Préparation:
         Blanchir la pièce dans le bouillon de culture
         La faire macérer dans l’histoire écrémée
         Clarifier pour obtenir le jus des collectionneurs de la pièce
         Jeter le petit-lait ethnographique
         Cuire à feu doux jusqu’à la suée
         Façonner la préparation dans le moule de l’idéologie ambiante
         Rajouter quelques anecdotes pimentées
Service:
         A la sauce musées de Paris, un brin autocontemplative
Se marie avec:
         Les commémorations, les ambitions politiques, les petits fours